article comment count is: 0

Burundi : le peuple pris en otage

Durant tous les jours de cette semaine, Bujumbura a été le théâtre d’affrontements entre la population en colère et les autorités, majoritairement représentées dans la rue par les forces de police. La violence a primé sur le reste.

Les images tant de civils que de policiers burundais en sang ont circulé partout. Une situation inquiétante, mais aussi révoltante. Où se trouvent les hommes politiques en ce moment ? Dialoguent-ils, discutent-ils de la manière dont ils vont organiser les prochaines élections, débattent-ils de l’avenir du pays ? Il semble que non.

De jour en jour, l’espace de communication se réduit. Plusieurs radios étiquetées de l’opposition sont fermées. Les réseaux sociaux sont partiellement inaccessibles. Les cartes de téléphone deviennent introuvables. Quel que soit son camp, le peuple est pris en otage.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.