article comment count is: 0

Intéressé par l’argent facile?

« L’argent issu de la corruption n’entre que dans la poche d’une personne. »

S’il y a un thème qui va s’inviter dans la campagne électorale au Burundi, c’est bien celui de la corruption. Un fléau qui gangrène la vie politique, sociale et économique du pays et pour lequel les différents candidats se targueront d’avoir des solutions magiques.

À quelques semaines des élections, Dominique Bindaba, Gérard Mbonabuca et Jeanine Nilimdaye, tous jeunes résidant à Bujumbura, reviennent sur les conséquences de la corruption sur l’avenir des jeunes. Agir, c’est ce qu’ils suggèrent pour lutter contre ce phénomène dans leur pays.

Cette édition de Rencontres et Profils est présentée par Agnès Ndirubusa de Rema FM, une de nos radios partenaires à Bujumbura, la capitale.

Voici quelques extraits de cette édition, retranscrits ci-dessous :

Agnès : Vous est-il déjà arrivé de corrompre quelqu’un ou d’être corrompu ?

Gérard : J’avais besoin d’un document administratif de la police judiciaire. Je suis arrivé trop tard, mais j’avais besoin de ce papier très rapidement. Un monsieur m’a dit qu’il fallait que je lui donne une certaine somme d’argent. J’ai refusé. C’est un service public ! Il doit être accessible à tous les citoyens.

Agnès : Qu’est-ce qui entraîne les gens à recourir à la corruption ?

Dominique : Sans légitimer la corruption, il faut observer le contexte dans lequel se trouve notre pays. Le Burundi sort de dix ans de guerre civile. C’est un pays où les gens n’arrivent pas à joindre les deux bouts à la fin du mois. Ces facteurs font que les gens recourent à la corruption.

Gérard : D’abord, la perte de valeurs morales et éthiques. Aujourd’hui prévaut le paraître sur l’être ; on considère ce que l’on a et pas ce que l’on a fait. Ensuite, la paralysie des services publics font qu’on recourt à des pots-de-vin. Aussi, la population burundaise n’est pas consciente des conséquences qu’entraînent la corruption, tant au niveau politique qu’économique ou social.

Agnès : Quelles sont les conséquences de la corruption ?

Dominique : L’argent issu de la corruption n’entre que dans la poche d’une personne. Au niveau politique, les gens n’ont plus confiance en l’État.

Jeanine : La perte de la dignité, de la confiance, mais également le manque de respect ; les gens pensent qu’ils peuvent tout avoir.

Agnès : Quelles sont les conséquences de la corruption sur la jeunesse burundaise ?

Gérard : Nous allons emboîter le pas de nos aînés, qui sont riches par la corruption. Aussi, au lieu d’être conscients des conséquences de la corruption, nous allons nous y habituer.

Agnès : Quelles peut être notre implication dans la lutte contre la corruption ?

Dominique : Je veux continuer à renforcer ma culture politique et sauvegarder toutes les valeurs de la personne humaine. Je souhaite parler aux autres des méfaits de la corruption. Je veux aussi dénoncer tout acte de corruption là où je l’observerai. Je veux contribuer à bannir l’impunité. Enfin, je veux mobiliser les autres de mon âge pour mettre fin à ce fléau.

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.