article comment count is: 0

«Il faut que nos présidents osent partir»

« Quand il n’y a pas de circulation des élites, il y a tout un système qui se bloque et ça finit pas imploser ou par exploser. »

Dans cette édition de Rencontres et profils, trois étudiants de l’Université du Burundi à Bujumbura,  Philbert Nkurunziza, Egide Nikiza et Elie Irakoze, s’insurgent contre les tentatives de réformes de la constitution de certains chefs d’État africains pour se maintenir au pouvoir. Ils appellent les jeunes à sensibiliser les citoyens pour qu’ils votent contre « le président qui passe outre la loi. »
Toutes les semaines, #RProfils fait parler les personnalités et aborde les sujets qui font bouger l’Afrique ! Discutez des émissions avec nous sur Facebook et Twitter !
Et si vous voulez accéder aux anciennes émissions, c’est par ici.
Voici également quelques extraits de cette émission restranscrits ci-dessous :
Elie : « Changer les constitutions africaines est devenu une routine pour nos chefs d’État. Franchement nous voyons que c’est un problème majeur pour le développement de nos pays. Les dirigeants se soucient uniquement de leurs intérêts et ignorent les intérêts du peuple. »
Egide : « On ne devrait pas tripatouiller la constitution pour des raisons personnelles. La constitution est un contrat qui engage tout un peuple. Les chefs d’État doivent respecter leur constitution comme les chrétiens respectent leur Bible ou les musulmans leur Coran. »
Elie : « Les présidents africains sont souvent des révisionnistes de la constitution. Je suis dégouté. Il faut savoir qu’une constitution est une chose très importante pour le pays, car elle permet le bon fonctionnement de la nation. Au lieu de changer la constitution, les présidents africains doivent faire ce que le peuple leur demande. »
Philbert : « Une  constitution est la marque d’un peuple libre. C’est un encadrement normatif et éthique de la politique, qui permet au pouvoir de connaître des limites. Nos présidents africains ont tendance à modifier la constitution pour s’éterniser au pouvoir afin de continuer à jouir de privilèges. Ce qui me gêne personnellement, c’est qu’ils bloquent les initiatives de la part d’autres citoyens. Un pays qui ne connait pas de mobilité multiforme ne permet pas à d’autres citoyens d’émerger. De nouveaux leaders émergent lorsqu’il y a alternance au pouvoir, c’est un principe sacro-saint. »
Egide : « Notre président Pierre Nkurunziza devrait partir, car il a de très bons exemples qui lui ont précédé : le président Pierre Buyoya et Domitien Ndayizeye. Lorsque la réalité du moment leur a demandé de partir, ils n’ont pas tergiversé, ils ont passé la main. Il faut que la jeunesse se mobilise pour inculquer à leurs mamans, à leurs papas, à leurs frères, qu’ils votent contre le président qui passe outre la loi pour s’éterniser au pouvoir. »

Partagez-nous votre opinion

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure utilisation sur ce site web.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons, veuillez lire notre politique relative aux cookies.