foret
Photo d'illustration, ©Yaga

La forêt, une mère nourricière qu’il faut protéger

Il y a presque deux semaines, on célébrait la journée internationale des forêts. Profitant de cet événement, le blogueur Landry Rukundo a rencontré une entrepreneuse burundaise, Annick Kabatesi, qui a fait des arbres son gagne-pain, et milite aussi pour la protection de l’environnement.

« Chaque année, à l’occasion de la journée internationale des forêts, nous célébrons les forêts et les arbres, qui pourvoient à nos besoins essentiels et ont une fonction protectrice. Cette année, l’accent est mis en particulier sur le rôle essentiel que jouent les forêts dans l’approvisionnement en eau, élément indispensable à la vie », explique Monsieur Niyonkuru Emmanuel, le ministre burundais de l’environnement.

Mais les arbres ne servent pas qu’à nous approvisionner en eau. On rencontre actuellement ceux qui utilisent les arbres des forêts pour des productions de divers objets. Ces dernières années, une certaine jeune femme du nom de Annick Kabatesi s’est illustrée dans la création des habits faits de tissus fabriqués en écorce d’arbres, principalement en ficus congesis (umuhororo) et ficus ovata (umumanda) ; deux arbres avec une importante signification culturelle.

Cette jeune femme pleine d’ambition s’est confiée à nous et nous parle à propos de l’importance de l’arbre, principalement le ficus congesis et ovata, deux arbres qui lui servent de matières premières pour la fabrication des habits 100% naturels et comment elle s’y prend pour protéger les forêts.

Comment avez-vous eu cette idée de confectionner des habits en écorce d’arbres ?

L’idée m’est venue en 2008 quand je terminais mes études secondaires. J’avais appris à l’école que nos ancêtres les fabriquaient. Curieusement, j’ai voulu les porter le jour de mon diplôme, chose qui n’a pas été facile car trouver un tissu d’écorce de ficus m’a coûtée une fortune mais cela m’a fait un plaisir inoubliable. Par la suite, je m’y suis investie en créant une entreprise, Umurundikazi fashion, pour en produire afin de les rendre facilement accessibles à tout le monde et revaloriser ma culture.

Quels sont les différents produits de Umurundikazi fashion ?

On produit des portes-documents, des sacs, des vestes, des  chapeaux, des pantalons, des robes, des chaussures, des shorts… et tous cela, à partir du ficus congesis et ficus ovata (respectivement umuhororo et umumanda).

Il y a peu, nous célébrions la journée internationale des forêts et vous, vous vous servez d’arbres plutôt rares pour vos produits, ne vous considérez-vous pas comme un ennemi juré de l’environnement ?

Justement, on pourrait penser que je suis en train de détruire les éléments les plus importants de l’environnement. Du tout. Quand je fais couper un arbre ou deux, j’en plante dix. J’aimerais d’ailleurs lancer un appel vibrant au gouvernement burundais d’allouer un budget conséquent à la plantation des arbres tels qu’umuhororo, umumanda, umuvumu et umuvugangoma. Ces arbres ont une valeur culturelle importante et peuvent aussi servir à des fins touristiques.                                                                      

Articles récents

Say your opinion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*